Partager sur Google+Partager par e-mail

Que faire de ses vêtements usagés ?

Développement durable

Votre petit dernier a grandi trop vite ; votre placard regorge de vêtements trop petits, trop grands
ou démodés, de chaussures trop étroites ou de linge de maison ; vous souhaitez vous lancer dans
le fameux ménage de printemps. Il est temps de vider ! Mais que faire de vos vêtements usagés ?
Entre points d’apport volontaire (bornes) ou associations, les idées ne manquent pas. Qu’ils soient
abîmés ou non, en cuir, laine ou en tissu, tous vos vêtements ont le droit à une deuxième vie.
Mais où ? Et que deviennent nos vêtements une fois triés ?

Onze bornes textiles à Ermont

Lorsque la collecte sélective existe, la poubelle réservée aux cartons, papiers et autres emballages en plastique n’est pas destinée à recevoir les textiles.
Il est donc nécessaire de passer par un circuit de collecte dédié, afin d’effectuer un geste à la fois utile, environnemental et solidaire.
Dans le cadre de l’Agenda 21, la ville a donc mis en place onze bornes textiles aux endroits suivants :

  • Gare Gros Noyer/Saint-Prix ;
  • parking de la rue Édouard-Branly ;
  • 254 rue Louis-Savoie ;
  • rue du Stand ;
  • marché Saint-Flaive ;
  • rue Jean-Mermoz ;
  • Complexe sportif Marcellin-Berthelot ;
  • chaussée Jules-César ;
  • Gare d’Ermont-Eaubonne ;
  • parking rue Jean-Jaurès ;
  • parking situé à l’angle des rues Claude-Debussy et du Syndicat.

Et après ? que deviennent les vêtements ?

Une fois déposés dans les points d’apport volontaire, les textiles et chaussures sont d’abord triés puis selon leur état, soit réutilisés dans leur fonction première (revente en boutique de seconde main en France ou à l’étranger), soit recyclés. Selon les matières, ils sont découpés, défibrés, broyés ou effilochés pour retourner à l’état de matières ou de fibres ce qui permet de fabriquer de nouveaux produits. Ainsi, les textiles découpés sont transformés en chiffons d’essuyage à usage industriel ou ménager. Les fibres longues peuvent retourner en filature pour créer des fils qui serviront à la fabrication de nouveaux vêtements. Les textiles tissés en mélange sont effilochés et traités, afin d’être réutilisés sous forme de « bourre » pour le rembourrage des coussins et des canapés ; de poudres dans la préparation de floc pour donner l’aspect velours ou de neige artificielle pour les sapins, ou encore sous forme de « nappes » non tissées utilisées dans la fabrication des isolants thermiques ou phoniques, et enfin, les mousses synthétiques des chaussures de sport sont broyées pour être incorporées dans les sols.

Source : Lafibredutri.fr

Que peut-on mettre dans ces bornes ?

  • Vêtements : même usés, démodés, troués ou déchirés ; à condition d’être secs
  • Linge de maison : draps, housses de couette, serviettes
  • Chaussures : (entre)lacées par paire l’une à l’autre pour pouvoir être réutilisées.

Attention : les articles déposés mouillés, même s’ils sont juste humides risquent de contaminer tous les autres et de générer de la moisissure, rendant leur valorisation impossible.

Et les associations ?

À Ermont, il existe des associations qui reprennent les vêtements en bon état, les réparent, et les donnent ou les revendent à prix modiques. N’hésitez pas à contacter directement l’Antenne locale de la Croix-Rouge, du Secours populaire ou l’Équipe Saint-Vincent (logée dans le centre paroissial).

 

Téléchargez la carte des bornes de collecte de vêtements

Retour à la liste