Partager sur Google+Partager par e-mail

Accès du public aux cimetières et crématoriums

Brèves

Message de la DGCL / Sous-Direction des compétences et des institutions locales / Bureau des services publics locaux :

La fermeture de l'accès des familles aux crématoriums et aux cimetières découle de l'impossibilité pour les opérateurs funéraires et les gestionnaires de cimetières ou de crématoriums de faire respecter les mesures barrières par les personnes présentes submergées par l'émotion et le deuil.

L'ensemble des acteurs appelle à une nouvelle position à la fois claire et ferme, tout en laissant une marge de manœuvre.

Voici la position qu'il convient d'adopter à ce stade de la crise que nous traversons :

Compte tenu des mesures barrière qu'il est convenu d'adopter, mais aussi des consignes de confinement mises en œuvre depuis mardi 17 mars 2020 à 12h,  l'accès au public des crématoriums et des cimetières peut être limité voire suspendu durant la période de lutte contre le covid-19, sur décision du gestionnaire du crématorium ou du maire.
La suspension de l'accès du public au cimetière et au crématorium n'exclut ni la conduite des inhumations et travaux afférents ni les crémations.

Les rassemblements sont proscrits et tout déplacement en plein air (ce qui est le cas d'un cimetière) doit être bref et à distance minimum des autres personnes.
De ce fait, l'organisation classique des cérémonies lors desquelles les personnes sont regroupées autour d'un cercueil doit nécessairement être revue.

Seuls les membres proches de la famille (20 personnes au maximum) ainsi que les desservants de rites funéraires peuvent donc faire l'objet d'une dérogation aux mesures de confinement fondée sur des "motifs familiaux impérieux".

Si un moment de recueillement est maintenu, il convient de le limiter à la plus stricte intimité, en s'assurant que les quelques personnes présentes, en nombre très limité, sont en mesure de respecter les mesures barrière.

Concernant l'accès aux chambres funéraires, chambre mortuaires, crématoriums, il doit être limité par les gestionnaires de l'établissement à un nombre très restreint de personnes présentes, au cas par cas, en fonction des lieux.

Les familles et proches des défunts doivent pouvoir comprendre que ces décisions sont exigées par les circonstances exceptionnelles et s'imposent tant aux opérateurs funéraires qu'aux élus locaux.

Retour à la liste