Partager sur Google+Partager par e-mail

Le mot du Maire

Tous les éditos depuis avril 2014

Pour beaucoup d’habitants de notre commune, la question principale de leur vie quotidienne est celle du logement.
Les logements sociaux, même s’ils représentent 37% de l’habitat ermontois, sont difficiles d’accès car la mobilité y est très faible (3% par an) : les locataires ne changent pas de logement parce qu’il leur convient ou parce que changer de logement pour un plus petit (lorsque les enfants sont partis) n’est pas rentable puisqu’ils paieront souvent le même loyer pour un logement plus petit.

De ce fait les listes d’attente sont longues et il faut attendre souvent trois ou quatre ans pour obtenir un logement. De surcroît, l’accès prioritaire des personnes aux revenus les plus faibles met en difficulté les personnes aux revenus modestes, qui n’ont pas les moyens de louer ou d’acheter dans le secteur privé, dont les prix se sont envolés ces dernières années.

L’inquiétude de la municipalité est aussi liée à l’avenir de Val Parisis Habitat (l’ancien Office d’HLM de la ville), que la nouvelle loi sur le logement, dite loi ELAN, oblige à fusionner avec d’autres offices afin d’atteindre un nombre de logements minimum de 15 000 (Val Parisis Habitat en compte un peu plus de 2 000). La municipalité veille surtout à ce que les services restent à Ermont tout comme la commission d’attribution des logements, et que le bailleur local ne soit pas noyé dans un ensemble tel qu’il n’aurait plus la moindre autonomie.

La majorité des habitants d’Ermont vit en pavillon ou dans des copropriétés privées. Celles-ci se sont fortement développées ces dernières années. C’est surtout la hausse des prix qui est la caractéristique principale de ce secteur : le mètre carré ancien est aujourd’hui à 3700 euros et le mètre carré neuf avoisine les 4500 euros, ce qui rend l’accès à ces habitats inaccessible pour la majorité de la population.

Il faudra donc dans les prochaines années développer l’habitat social en maison individuelle et le logement de petite taille pour les jeunes couples ou les personnes âgées, ce que les bailleurs sociaux de la ville ont d’ailleurs commencé à faire.

Autant d’objectifs qui visent à garantir l’équilibre entre générations et entre revenus sur notre ville malgré la mobilité croissante de la population  en Île-de-France et donc à Ermont.
 

Hugues PORTELLI, votre Maire