Partager sur Google+Partager par e-mail

Le mot du Maire

Tous les éditos depuis avril 2014

Il y a une vingtaine d’années, favoriser le vélo dans nos villes de banlieue, c’était construire des pistes cyclables. Ermont a donc commencé à se doter de pistes cyclables sur des tronçons de voies qui s’y prêtaient.

Mais rapidement, le mouvement s’est arrêté. Pour deux raisons : la première a été le transfert de la compétence « circulation douce » à l’intercommunalité. Or cette compétence a été la dernière roue du carrosse de ladite intercommunalité et plus rien ne s’est passé. La seconde est que l’étroitesse de nombre de voiries rendait la construction de pistes cyclables respectant des « normes » de plus en plus exigeantes impossible.

Après cette longue phase de « tunnel », le vélo est revenu à la surface et pas seulement du fait des exploits français au Tour de France. L’idée de partager la voirie entre tous les utilisateurs plutôt que de créer des chemins séparés pour chacun est devenue dominante parce que de bon sens. Et la multiplication des modèles d’engins à deux roues, et notamment des vélos électriques, a fait le reste.

Le mois dernier, la communauté d’agglomération Val Parisis s’est dotée du nième plan de pistes cyclables, que les représentants d’Ermont ont voté tout en sachant qu’il n’aura pas plus de chance d’être réalisé que les précédents.

Notre commune va donc opter pour la voirie partagée où vélos et automobiles se partageront la voirie. Cette option implique que chacun respectera l’autre, la voiture en roulant moins vite, le vélo et tous les deux roues en respectant le code de la route (s’arrêter au stop et aux feux) par exemple.

Certaines rues en sens unique seront ouvertes au double sens pour les seuls vélos.

Surtout, la commune va conclure avec la Poste une convention  pour faciliter la location de vélos électriques. Certains seront mis à disposition du personnel municipal pour qu’ils les utilisent soit pour se rendre au travail, soit durant leur activité pour se déplacer d’un site à l’autre de la mairie. Des locaux seront aménagés pour déposer les vélos en sécurité et recharger leurs batteries.

Pour que ce changement de locomotion réussisse, il faut qu’il s’accompagne d’un changement de mentalité : respect de l’autre (en ne lui volant pas son vélo par exemple), respect du code de la route, respect des règles de sécurité (en mettant un casque et en en mettant à ses enfants). À toute fin utile, les pouvoirs de la police municipale seront renforcés pour que ces règles soient effectivement appliquées et leur violation sévèrement sanctionnée.
 

Hugues PORTELLI, votre Maire