Partager sur Google+ Partager par e-mail

Le mot du Maire

Tous les éditos depuis avril 2014

Le bilan social 2018 d’Ermont


Tous les trois ans, la municipalité d’Ermont dresse un diagnostic social de la commune, intitulé officiellement « analyse des besoins sociaux » de la ville. Ce diagnostic brasse tous les outils statistiques récents dont nous disposons et des entretiens avec les différents acteurs qui interviennent sur la commune dans le champ social. Cet instrument est un outil essentiel pour mesurer l’évolution de notre population, même s’il doit être relativisé, certaines données étant imprécises (les statistiques de l’INSEE ont ainsi trois ans de retard).

De l’analyse des besoins sociaux 2018 de la commune, il ressort plusieurs informations essentielles.
La commune d’Ermont a franchi en 2018 la barre des 30 000 habitants, du fait notamment de la forte croissance de la population dans le quartier de la gare d’Ermont-Eaubonne et de celui du centre-ville.

Cette croissance concerne notamment les 30-50 ans c’est-à-dire la population active. L’allongement de la durée de vie, à Ermont comme ailleurs, entraîne la progression constante de la population de plus de 70 ans tandis que les moins de 15 ans sont plus nombreux dans les quartiers HLM.

L’équilibre social de la commune s’est aussi modifié : la part de logements sociaux dans la ville est passée de 45 à 35,6% en dix ans : le nombre de logements sociaux a continué à augmenter mais leur part globale a diminué du fait des nombreux logements en accession à la propriété construits ces dernières années.

La population ermontoise connaît d’importantes disparités (revenus, travail, précarité) qui se sont réduites en dix ans mais restent dans certains secteurs  préoccupantes : c’est notamment le cas du taux de pauvreté des 40-49 ans qui, même s’il baisse, reste supérieur au niveau national (18,2%).

La structure des foyers a également fortement évolué. Si les foyers traditionnels (couples avec ou sans enfants) constituent 53% des foyers, la part des familles monoparentales continue de progresser (12% en 2014). Mais c’est surtout le fort accroissement du nombre de ménages d’une seule personne qui doit être relevé : 33% en 2014. Qu’il s’agisse de personnes séparées, de personnes en veuvage ou de jeunes décohabitants, ce phénomène nécessite un accompagnement important même si les causes de cet isolement sont très variables.

Une dernière donnée mérite enfin d’être soulignée : le dynamisme de la population féminine. Ermont présente un taux de chômage plus faible chez les femmes que chez les hommes et ce dans toutes les tranches d’âge, notamment les moins de 25 ans. Cet écart se retrouve dans la réussite éducative.

Notre ville connaît donc d’importantes mutations auxquelles les actions municipales doivent s’adapter en permanence : évolution des structures familiales, du type d’habitat, de l’accès au travail, du type de précarité. Sur tous ces sujets, qui ne sont pas propres à notre seule commune, nous aurons l’occasion de débattre au cours des prochains mois.
 

Hugues PORTELLI, votre Maire