Partager sur Google+Partager par e-mail

La tribune du conseil municipal

Tribune de la majorité municipale Ensemble Vivons Ermont

Orientions budgétaires pour 2019

Comme chaque année, le Conseil municipal examine en novembre le « Rapport d’Orientations Budgétaires » pour 2019, qui présente la situation budgétaire de la Commune et les principaux axes politiques et opérations prioritaires retenus avant le vote du budget en décembre.

Les grandes opérations d’investissement qui seront réalisées en 2019 concernent principalement les secteurs de l’éducation, de la culture, du développement durable et du sport :

  • La deuxième phase des travaux au groupe scolaire Victor Hugo consistera en la construction d’un nouvel Accueil de Loisirs pour 120 enfants (1 Million d’euros) ;
  • Le nouveau Conservatoire de Musique, Théâtre et Danse, qui ouvrira ses portes à l’automne 2019 au Foirail (3 Millions d’euros).
  • La construction de la Ferme Pédagogique comprenant une partie maraîchère de 6000 m² qui sera située sur le terrain de l’Accueil de Loisirs P Langevin et une partie animalière implantée sur 5500 m² au Foirail (1,3 Millions d’euros).
  • Enfin, les travaux de réaménagement du complexe R. Dautry démarreront avec la création d’un terrain de football et la construction d’une piste d’athlétisme en synthétique (1,4 Millions d’euros).

Bien sûr, les travaux courants d’investissement seront réalisés comme d’habitude dans les écoles, sur la voirie, les espaces verts, les aménagements et les mises aux normes liés à l’Agenda d’Accessibilité Programmée (AD’AP).

Par ailleurs, pour 2019, la Majorité municipale a souhaité mettre particulièrement l’accent sur :

  • L’éducation avec le Projet Educatif commun, en partenariat avec l’Education nationale, qui verra ses dispositifs renforcés.  
  • La petite enfance, avec la création de deux structures et qui pour l’une comprendra 37 berceaux au total dont 20 qui seront gérés par la Municipalité, et pour l’autre comportera 20 berceaux tous gérés par la Ville.
  • Les associations, qu’elles soient sportives, culturelles ou sociales, avec la reconduction du même montant de subventionnement qu’en 2018, soit 311 500 euros au total.
  • Le cadre de vie : la Commune récupère la compétence balayage mécanique qui était auparavant une compétence intercommunale.

Enfin, nous tenons à signaler :

  • Que la masse salariale ne dépasse pas 55% du budget de fonctionnement de la Commune alors que la moyenne nationale pour des villes de même strate est de 60% ;
  • Que la dette de la commune représente 234 euros par habitant alors qu’elle est de 1 118 euros au niveau national ;
  • Que la Majorité municipale, comme l’année dernière, n’augmentera pas la part communale de la fiscalité locale.

Le groupe de la majorité municipale

 

Liste Bien vivre à Ermont

A qui profite la suppression de la taxe d’habitation ?

Comme chacun le sait, le Président Emmanuel Macron a fait de la suppression de la taxe d’habitation l’une de ses promesses. Et pourtant. On ne supprime jamais totalement une taxe. Soit nous le payons en augmentation d’autres impôts, soit en diminution drastique de la qualité des services publics.

Bien entendu il était – et reste – nécessaire de revoir le calcul des impôts locaux tant ceux-ci peuvent se révéler injustes. Mais décider de la suppression de la taxe d’habitation, sans avoir réellement réfléchi aux conséquences, met l’Etat et les collectivités locales dans l’obligation de procéder à de très difficiles choix.

La taxe d’habitation alimentait notamment les communes qui se trouvent aujourd’hui dans une situation financière extrêmement difficile. Elles dépendent de plus en plus des dotations de l’Etat, remettant en cause le principe de leur autonomie. Pire, alors que certaines se voient contraintes d’augmenter les impôts pour boucler les budgets, les afficionados d’un gouvernement pourtant en partie responsable de cette situation, ne trouvent rien de mieux que de dénoncer « les Maires irresponsables ».

Ce qui se joue actuellement n’est rien de moins que l’avenir de la décentralisation. Cet enjeu sera certainement au cœur des prochaines élections municipales, et ceux qui pointent du doigt les mairies étranglées obligées d’augmenter la fiscalité sont probablement déjà en campagne.

Plus que jamais nous voulons rappeler que les collectivités locales sont au cœur de notre vie quotidienne. Elles gèrent les équipements scolaires, culturels ou sportifs, la voirie, les espaces verts. Nous ne pouvons nous satisfaire d’une inquiétante tendance qui les rend dépendantes de l’Etat, revenant sur plus de 30 ans de décentralisation.

Enfin, aucune réflexion n’est hélas menée sur les disparités entre les villes. Les communes bien gérées ou celles qui doivent faire face à plus de dépenses parce que leur population connaît une grande précarité ne sont pas traitées différemment des autres.

Au-delà des clivages politiques et des différents que nous pouvons avoir avec la majorité du conseil, nous avons à cœur qu’Ermont puisse continuer à améliorer son cadre de vie, à investir pour le développement durable et les solidarités. Nous appelons donc à ce que les communes conservent leurs moyens et leur autonomie. Pour cela il faudra que la perte de recettes liée à la suppression de la taxe d’habitation soit compensée de manière juste et transparente.
 

Alain Fabre, Nicolas Tcheng, Raymond Boyer, Jean-Claude Lucchini
Groupe Bien vivre à Ermont
www.bienvivreaermont.fr


Tribune d'Olivier Clément

Juste une mise au point…

Bonjour tout le monde.
Pourquoi ne pas commencer avec une formule simple et amicale plutôt que sentencieuse ? Après tout n’est-ce pas là ce que je vous avais promis ? Une tribune plus familière, pas dans le sens « un coup de coude et on s’en boit une rasade », mais plutôt « échangeons des sourires à la place d’un air neutre ou même suspicieux ». Comme nous le disait, fort à propos, Michel Eyquem de Montaigne : « sur le plus haut trône du monde, on n’est jamais assis que sur son cul ». Grâce à cette simple phrase, il remettait tout le monde au même niveau. Pour son époque c’était sacrément révolutionnaire. Nous voilà donc tous assis sur notre trône à discuter. Ce n’est pas le moment de faire des courbettes, qu’en pensez-vous ?
Ceci pour en venir à présenter des excuses à ceux qui suivent régulièrement cette tribune (les autres aussi) et qui ont pu constater une absence momentanée. Des problèmes « techniques », indépendants de ma volonté, m’ont tenu éloigné de mes devoirs de conseiller. Voilà ça c’est fait.
D’ailleurs je remercie tous ceux et celles qui m’ont manifesté leur soutien pendant cette période de dépannage.
La proximité c’est aussi un des buts de cette tribune que je conduis hors de chemins tout tracés. Pour exemple, au cours d’une discussion une amie m’a lancé : « ta tribune, on a l’impression que tu nous parles, là comme maintenant, en direct, comme tu parles dans la vie ». Oserais-je dire que ça m’a fait du bien ? Clairement c’est là où je veux en venir. Faire tomber les frontières et les masques, accueillir l’autre comme si on le connaissait déjà et échanger avec lui tout simplement. Et ce n’est pas gagné, même avec cette volonté de bien faire, il peut m’arriver, comme à tout le monde, de me laisser tenter par les sirènes de la facilité. Parce que rien n’est fait pour aller dans ce sens. Alors « vingt fois, sur le métier, remettez votre ouvrage » nous disait Boileau, voilà un conseil de qualité qui dans les circonstances ne peut que nous aider à franchir le pas.
Pour rappel, je ne saurais trop vous inciter à m’écrire pour me soumettre vos idées sur la politique. Parce que mine de rien tout est politique, ou presque. Dès l’arrivée au monde et même sans le savoir nous faisons de la politique. Si chacun vivait seul dans une grotte sans contact avec les autres, là, il n’y aurait pas de politique… Quoique.
Voilà c’était juste un p'tit clin d'œil, une mise au point.

Posez vos questions, proposez vos idées en écrivant à proposition.ermont@gmail.com


Olivier CLEMENT