Partager sur Google+Partager par e-mail

La tribune du conseil municipal

Tribune de la majorité municipale Ensemble Vivons Ermont

Depuis janvier 2018, la Police Municipale est gérée par la Commune et non plus par l’intercommunalité. Cela a permis de pouvoir organiser différemment et évidemment plus directement les priorités et les actions de notre Police Municipale.
La Municipalité a aménagé de nouveaux locaux pour la Police Municipale et fait l’acquisition de véhicules neufs pour une équipe qui a été renforcée.
Par ailleurs, la volonté de la Municipalité a été de demander une intensification des patrouilles dans la ville.
Un point qui s’est également particulièrement développé est la plus étroite collaboration entre la Police Municipale et la Police Nationale, notamment pour des interventions ponctuelles communes dans les quartiers.
Sur un autre plan, Ermont dispose aujourd’hui de 43 caméras de vidéoprotection permettant souvent l’identification de voleurs, d’agresseurs, de délinquants, etc. Une demande a été faite auprès de l’Intercommunalité afin que nous puissions également bénéficier ponctuellement d’une dizaine de caméras mobiles d’ici 2020.
Par ailleurs, dans le cadre du Conseil Local de Sécurité et de Prévention de la Délinquance (CLSPD) la mise en place des « fiches incidents » permet de recenser les faits portant atteinte à la tranquillité publique, aux biens et aux personnes qui se produisent dans l’habitat social et collectif. Ces fiches sont transmises par courrier électronique par les bailleurs sociaux et les copropriétés à la Commune et au Commissariat de police d’Ermont. Bien que n’ayant pas vocation à se substituer ni au dépôt de plainte, ni à l’appel d’urgence vers Police Secours, elles permettent néanmoins une remontée des informations en temps quasi- réel et une meilleure identification et prise en compte des enjeux d’insécurité par les forces de sécurité publique.
Enfin, la Municipalité organise régulièrement des réunions concernant la sécurité avec les Communes limitrophes à la nôtre en présence, bien sûr, des Maires des communes concernées, des Polices Municipales et Nationale, des élus, des syndics de copropriétés, des bailleurs et des représentants de locataires pour évoquer l’ensemble des problèmes rencontrés sur nos territoires respectifs et trouver des solutions communes.


Le groupe de la majorité municipale

 

Liste Bien vivre à Ermont

Pour un véritable réaménagement du Foirail

Chacun aura constaté que les projets municipaux sont nombreux au Foirail, avec notamment le nouveau conservatoire de musique qui est en train de sortir de terre. De nombreux travaux sont engagés, avec aussi la ferme pédagogique. Notre groupe ne s’est évidemment pas opposé à ces projets, même si nous avions pu formuler des alternatives.

Force est de constater que les équipements municipaux seront nombreux demain dans ce secteur et viendront s’ajouter à ce qui existe déjà : maison de santé, commissariat de la police nationale et centre commercial.

Il y aura aussi, dans ce secteur ou tout proche, de nouveaux immeubles qui verront probablement le jour dans les années à venir.

Ce qu’il faut à présent pleinement penser c’est l’aménagement du quartier. Le boulevard Georges Pompidou qui mène à la bretelle d’autoroute est une voie peu sécurisante pour les piétons et les vélos qu’il faudra absolument améliorer. C’est donc l’ensemble des circulations qu’il faut imaginer, sans oublier le stationnement.

Notre souhait est que ce secteur, aujourd’hui un peu froid, devienne un véritable lieu de vie, accueillant et chaleureux, pour renforcer le lien social dans notre commune et préserver voire développer des espaces verts, plus que jamais indispensables à Ermont.

Pour cela, il faudra aussi réfléchir aux liens à créer avec le centre-ville, avec le quartier des Espérances et celui des Passerelles Carreaux. C’est une occasion unique de redynamiser toute une partie de notre ville.

Encore une fois, cela ne pourra passer que par la concertation des citoyens afin de savoir ce que les habitants souhaitent pour leur quartier. Nous sommes prêts à y prendre part.
 

Alain Fabre, Nicolas Tcheng, Raymond Boyer, Jean-Claude Lucchini
Groupe Bien vivre à Ermont
www.bienvivreaermont.fr


Tribune d'Olivier Clément

Mais qui dit la vérité ?

On serait tenté de répondre : « tout le monde et personne ». C’est une bonne façon d’expédier aux oubliettes une question qui dérange. Est-ce que comme dans « chacun voit midi à sa porte » la vérité est fluctuante et dépend-elle de l’idée qu’on s’en fait ? Si on se fie aux quelques témoignages de plusieurs individus sur un même événement qui, souvent, nous font croire qu’ils ont tous vu quelque chose de différent, on pourrait bien douter de son soi-disant caractère monolithique.

La vérité est bien fragile et avec ce côté immédiat de l’information aujourd’hui, nous laisse-t-on le temps de prendre du recul sur tout ce qui est dit, annoncé, asséné ? Alors comment faire pour ne pas se prendre les pieds dans les cordes quand on nous force à courir à travers tous ces fils d’information qui nous tombent dessus à tout instant ? On peut imaginer que tout le monde doit se trouver une méthode pour ne pas se laisser embarqué par les « fake-news » comme on dit maintenant.

A qui se fier ? Même les journalistes à qui on a pu, pendant longtemps, donner du crédit se font parfois duper. Le fait que tout devienne instantané ne devrait pas nous influencer plus que ça, même si on aimerait bien se laisser tenter, par indolence (flemme disent nos jeunes), à avaler tout et n’importe quoi.

Le système nous donne des moyens pour compenser, mais même ça (internet) est susceptible d’être manipulé. Alors il faut faire un effort. Chercher, parcourir des pages et des pages écrites par des « on ne sait pas qui » s’autoproclamant « autorité » en telle ou telle matière, puis recouper pour se faire une idée. Bien sûr tous les sujets ne méritent peut-être pas de subir une telle inquisition. Et on en revient à devoir faire des choix. Quelle information vais-je vérifier ? Quoiqu’il en soit nous n’avons pas tous les mêmes centres d’intérêt. Donc, à force d’approfondissement nous devenons des spécialistes d’un sujet que notre voisin ignore totalement. Est-ce cela avoir sa chacun sa propre vérité ? Sommes-nous tous détenteurs d’une parcelle de vérité et faudrait-il croiser nos connaissances pour en avoir une image ?

Et nous n’aborderons pas les semi-vérité, les contrevérités, et autres omissions qui nous la cache car elle n’est pas toujours bonne à dire ou parce qu’elle est franchement gênante.

Un dernier mot tout de même, et ça c’est la vérité : « méfiez-vous de ceux qui disent la détenir », manifestement c’est faux.

Posez vos questions, proposez vos idées en écrivant à proposition.ermont@gmail.com

Olivier CLEMENT